A Vézénobres, ESi a créé le premier data-center du Gard

A Toulouse, Zewatt propose des bornes intelligentes pour recharger les véhicules électriques
13 juillet 2017
A Nîmes, Armada développe la performance « éconologique » des flottes automobiles
13 juillet 2017

A Vézénobres, ESi a créé le premier data-center du Gard

[Retrouvez ici TOUT LE DOSSIER RIVE 2017]

 

L’aventure ESI, Euro Système d’information, est une aventure gardoise étonnante. A l’origine, n transporteur de la région doté d’une flotte suffisamment importante pour créer son propre service informatique. Le service séduit peu à peu en dehors de l’entreprise qui décide alors de l’externaliser.

 

En 2014, le service vole de ses propres ailes : ESI ouvre son data center, le premier du Gard, à d’autres clients. « Notre cœur de métier, explique Agnès Puertas, responsable des ventes, c’est l’hébergement de données, réalisées en optimisant au maximum les impacts économiques et environnementaux : la société se chauffe avec la chaleur des serveurs et elle s’est équipée d’une toiture photovoltaïque ».

 
Tous les services relevant du cloud

 


Depuis sa création, l’entreprise a étendu sa gamme de services aux entreprises en fonction des besoins des uns et des autres, elle développe toutes les technologies qui relèvent de ce qu’on appelle aujourd’hui communément « le cloud » : elle peut par exemple proposer des services d’opérateurs de téléphonie pour la partie fixe ou pour la partie mobile ; elle propose des services d’infogérance, de maintenance (sans interruption de service) et des développements logiciels pour adapter différentes applications aux métiers des entreprises.
Aujourd’hui, Esi compte 12 salariés pour un chiffre d’affaires dépassant le million €.
Elle n’oublie pas pour autant les bases historiques de l’entreprise : Esi est en train de développer un système mobile pour les chauffeurs, leur permettant de suivre par mobile les demandes de l’employeur et du client, en prenant en compte les impératifs de chaque véhicule et de chaque livraison.
« C’est la première fois que je viens au Rive, explique Agnès Puertas. Cela m’a permis de beaucoup partager avec les autres exposants, et notamment avec les constructeurs. Je peux mieux cerner les besoins qu’ils peuvent avoir et la façon dont on peut y apporter une réponse ».

 

 

[Retrouvez ici TOUT LE DOSSIER RIVE 2017]

 

 

 

 

Comments are closed.