A Castries (34), Electric Motion conçoit et fabrique des motos électriques

A Saint-Privat-des-Vieux (30), Trusty met les enfants sur moto électrique
17 juillet 2017
Les formations communes se déploient sur Alès, Nîmes et Lunel
25 juillet 2017

A Castries (34), Electric Motion conçoit et fabrique des motos électriques

[retrouvez ici tout le dossier DOSSIER RIVE 2017]

 

 

Passionné de moto, Philippe Aresten a conçu une première société qui fabrique des motos. Il l’a revendue et s’est lancé un nouveau défi : réconcilier la moto tout terrain avec la nature en concevant des véhicules électriques aussi performants et pratiques que leurs équivalents thermiques.

Il a donc tout repensé de zéro : conception, développement, industrialisation… avant de donner naissance à une nouvelle aventure : Electric Motion.
C’était en 2010. Sept ans plus tard, la société emploie 11 salariés qui pensent et réalisent la moto de A à Z dans les ateliers de Castries, au nord de Montpellier.
Entretemps, en juin 2014, le pilote Bastien Hieyte obtenait un titre de champion de France en moto tout terrain (catégorie S2) grâce à sa moto Electric Motion. Le champion avait en face de lui des concurrents équipés de motos thermiques.
Le savoir-faire d’Electric Motion étant reconnu, cela a conduit la société à développer un nouvelle activité : elle propose maintenant également une activité de bureau d’étude, spécialisé dans les problématiques de propulsion électrique.

 

Un engin apprécié des pompiers

« Ce que nous vendons le plus, explique Jean Pena, le directeur commercial et marketing, ce sont les motos de randonnée, mais nous avons développé une gamme de motos trial loisir. Et nous sommes venus sur le Riva pour présenter notre nouvelle moto, la etrek, un trial léger de 125 cm3. Un deux roues sans bruit, sans émission, sans embrayage, sans boite de vitesses, sans chaleur émise par le moteur, avec un frein électrique qui évite les décrochages des roues, tout en rechargeant la batterie etc. Bref, un engin qui permette la semaine, de se déplacer en ville pour le travail, et de devenir le week-end un engin de loisir. Elle est aussi intéressante pour les institutions : la commune d’Aurons en Provence nous en commandé pour permettre aux « soldats du feu » de surveiller de manière rapide les éventuels départs de feu dans la garrigue ».
L’ancien champion d’enduro cross Jean-Jacques Bruno a aussi été séduit : il en retenu 7 qui seront désormais basés au pôle mécanique d’Alès et que le pilote propose aux clients désireux de la tester pour faire une balade dans les Cévennes.
 

[retrouvez ici tout le dossier DOSSIER RIVE 2017]

Comments are closed.